ET SI TU DANSES

Pièce jeune public à partir de 4 ans

Durée 45 min

 

conception Marion Lévy

texte et dramaturgie Mariette Navarro

avec Stanislas Siwiorek

costumes et accessoires Hanna Söjdin

régie générale Anaïs Guénot

 

production Théâtre de Sartrouville – CDN

coproduction Compagnie Didascalie avec le soutien de Grégoire and Co – LE LIEU

spectacle créé dans le cadre d’Odyssées en Yvelines, festival pour l’enfance et la jeunesse

conçu par le Théâtre de Sartrouville–CDN, en partenariat avec le Conseil départemental des Yvelines

Poucet est devenu adulte. Il est ramasseur de pierres. En arrivant dans le lieu de la représentation, il se rend compte que c’est ici que toute son histoire a commencé. Il a besoin des enfants pour retrouver le chemin de ses souvenirs, de ses peurs et de ses joies. 

S’adressant pour la première fois aux enfants dès 4 ans, la chorégraphe et danseuse Marion Lévy s’associe à l’auteure Mariette Navarro. Elle imagine un spectacle interactif dans lequel le public participera activement à l’avancée du récit. Les enfants pourront par exemple donner un mouvement que le danseur intègrera à sa danse. Ensemble, public et interprète transformeront petit à petit l’espace qui les entoure et inventeront le chemin de leur propre danse !

3 QUESTIONS À MARION LÉVY

Qu’est-ce qui motive ton envie de créer pour la jeunesse, en direction de cette tranche d’âge en particulier ?

Cela fait un moment que je crée pour la jeunesse. J’ai déjà fait trois pièces, mais elles étaient adressées à des enfants à partir de 6-7 ans. Il est vrai que la tranche d’âge, 4-5 ans, qui m’est proposée dans le cadre du festival Odyssées en Yvelines représente un vrai défi pour moi. L’enjeu est de trouver un langage spécifique qui rencontre les enfants à l’endroit où ils en sont dans leur propre construction. C’est l’âge de la découverte du corps, de la parole, des histoires, de l’imaginaire. C’est un défi auquel j’ai hâte de m’atteler, en complicité avec Mariette Navarro, qui va écrire le texte du spectacle

De quelle manière abordes-tu les spécificités et les contraintes du festival Odyssées : une petite forme pour un·e interprète, un espace restreint pour représenter les choses au plateau, une création itinérante ?

J’ai déjà eu la possibilité de jouer dans des conditions « tout-terrain » : dans des centres de vacances, des CCAS, sur des places de village… Avec Et si tu danses, à l’inverse, la contrainte est le point de départ. Elle va faire partie intégrante de la dramaturgie, et constituera un appui pour inventer notre histoire. La médiathèque dans laquelle se jouera par exemple le spectacle sera un partenaire précieux : on va créer avec ce lieu, pour ce lieu, et ça cela me plaît beaucoup. L’inventivité sera active en permanence, et au coeur de chaque nouvelle représentation.

Que souhaites-tu transmettre ou partager avec les jeunes spectateurs à travers ce spectacle ?

Si déjà j’arrive à faire partager ce plaisir de l’invention, de la création, je serai contente ! Que se passe-t-il quand on est créateur/trice ? Que se passe-t-il quand on est spectateur/trice ? Comment la circulation s’opère-t-elle entre l’artiste et le public ? Car un spectacle se fait à deux : les jeunes spectateurs vont avoir biensûr besoin de l’interprète pour voir l’histoire, mais l’interprète va également avoir besoin des enfants pour dérouler son histoire. C’est cette circulation entre les artistes et le public qui m’intéresse et que je vais essayer de mettre en oeuvre avec Et si tu danses.

Propos recueillis en février 2021 - Théâtre de Sartrouville - CDN.

Fermer le menu
Return to Top ▲Return to Top ▲